Autour de Cruviers par Paul Bosc

 

Les vignes des Cévennes

 

Avant de s’élancer vers une nouvelle balade, j’aime bien savoir où je mets mes pieds. Et surtout éviter de les mettre dans le plat. Aussitôt je branche mon moteur de recherche favori et tape : Cruviers puisque c’était le thème de la randonnée du jeudi de l’association sportive des retraités nîmois.  Cruviers-Lascours, on ne peut pas le raté. La cheminée de la distillerie coopérative laisse s’élever dans le ciel un panache de vapeur d’eau blanche visible de tout le canton. Si la société Grap Sud distille de l’alcool à base de raisins, de moûts et autres résidus de la vigne, elle a diversifié sa production en proposant de l’huile de pépins de raisins et en distillant de la vodka... Mais oui !  Il s’en passe des choses bizarres dans ce canton proche de Vézénobres, ville natale de notre trésorier en chef : Michel Dessus

2015 11 05 11 15 18 1

Autres bizarreries : quand on arrive au village, pour rejoindre la mairie,  

il faut emprunter l’allée des marronniers. Et bien il n’y a pas de marronniers sur la dite allée.

Comme il n’y a pas de micocouliers dans la rue des micocouliers.

 

 

 

 

 

P1050674  Par contre des vignes, il y en a. Il y a même presque que ça. Pas étonnant quand on sait que l’agriculture        

représente 71,1 % des activités de ce village où l’on vit bien et vieux. Et puisque nous sommes                                      

dans les statistiques, sachez que sur l’ensemble de la population, 37,7 % sont retraités,

qu’il y a plus  de femmes que   d’hommes et que certaines ont franchi le cap des 90 ans,âge que les hommes ne parviennent pas à dépasser.

 

 

 

Et puisque il y a des vignes, il y a une coopérative. Importante même puisqu’elle produit 42000 hectolitres de vins. Mais nous en reparlerons après la balade. Nous grimpons donc vers le village, la côte, assez raide  fait étirer la file des trente randonneurs que conduisent aujourd’hui la famille Le Roux. Beau panorama sur les Cévennes toutes proches, le mont Bouquet, là-bas vers Uzès, Moussac sur la droite, Alès vers le nord et toujours le panache de fumée de la distillerie comme point de repère. Puis on redescend vers la Droude, petit ruisseau qui, le 15 novembre 2014, est devenu un torrent et a emporté la voiture d’une famille provoquant la mort de la mère et de ses deux enfants. Des fleurs marquent le souvenir de cette tragédie. 

 

                                                                                                           

2015 11 05 11 39 37    

Peu avant le petit pont submersible, on croise les bâtiments du moulin à huile Paradis,

qui propose des huiles de qualité supérieure. Nous sommes maintenant sur la commune

de Saint-Césaire de Gauzillan, sur la route des vins.

 

 

 

 

A l’heure de sortir le déjeuner du sac, un stade nous offre des bancs et des jeux pour les enfants et l’on surprendra plusieurs randonneurs se payer un petit tour de manège ou de balançoire. Nous sommes restés enfants !

 

Comme d’hab, Maryse a porté des gâteaux qu’elle se fait un plaisir de distribuer et en nous livrant un petit secret intime qu’elle était amoureuse de François, depuis l’âge de 15 ans… C’est beau l’amour !

 

Trêve de plaisanteries, il faut remettre un pied devant l’autre. Ce n’est pas facile après cette halte. La balade traverse de nombreuses vignes  qui, avec l’automne, ont pris de sacré belles couleurs. Il fait une journée extraordinaire et même chaud en ce début d’après-midi. Nous revenons vers Cruviers-Lascours en traversant les terres du domaine Le Pavillon et ignorant volontairement quelques ruines que nous proposait de visiter Jean-Pierre, notre guide du jour, suppléant de Danièle, son épouse qui a préparé l’étape suivante : la visite de la cave coopérative des « Claux des Tourettes » en prenant rendez-vous avec le directeur.

 

P1050684

 

La cave a fusionné en 2002 avec celle de Ners puis celle de Ribaute-les-Tavernes, en 2006. Elle a investi dans du matériel ultra-moderne (fouloirs, cuves en inox, etc.) pour produire 42000 hl de vin rouges, blancs et rosés sous l’appellation « Cévenneswines » (pourquoi en anglais ?) et étiquetée par les points GPS en longitude et latitude (çà c’est unique). Le directeur nous conduit dans la visite des différentes étapes du circuit : des cuves en béton qui réceptionnent le raisin puis aux pressoirs, fouloirs jusqu’aux cuves inox impressionnantes.

 

 

 

 

P1050689

Une dégustation de différents vins nous est ensuite proposée afin que l’on découvre ces produits dont certains ont obtenu des médailles d’or et d’argent au Salon de l’agriculture à Paris.

 

Merci Danièle de cet excellent intermède.

 

 

 

La prochaine balade nous conduira à Congénies-Pierre plantée pour une rando de 11 km avec 3 heures de marche et un petit dénivelé de 150 m le jeudi 19 novembre avec Eliane Daunis. Le rendez-vous est fixé à Castanet à 10 heures.